Page d'accueil | Mentions légales | Plan du site

Attelage


Le poney Connemara et l’attelage

Le Connemara est doué sous la selle, et pas seulement : ses qualités lui permettent aussi de briller en attelage, qui n’est pas qu’un loisir. Cette discipline est un concours complet : dressage, marathon (équivaut au cross du CCE) et maniabilité (version attelée du saut d’obstacle). Logiquement, les critères sur les épreuves montées et attelées sont proches : on cherche des poneys avec une bonne locomotion, réactifs, dans le sang, mais aussi francs et endurants.

La compétition en attelage peut se pratiquer à un/deux/quatre chevaux/poneys.

Les différents tests :

> Dressage : il s’agit d’un enchaînement de figures imposées à exécuter de mémoire. La beauté de l’attelage, la précision des figures et les allures des poneys sont évalués par des juges.

> Marathon : il s’agit d’un parcours en terrain varié ou les attelages enchaînent des difficultés techniques appelés « obstacles ». Ces derniers sont composés des passages étroits et sinueux matérialisés par des poteaux, ainsi que des passages naturels tels que des gués, buttes et dévers. Ce test est très spectaculaire.

> Maniabilité : il s’agit d’un test aux points et à allure libre présentant une succession de portes matérialisées par des cônes appelées obstacles, à passer successivement dans l’ordre des numéros. Des balles posées sur les cônes engendrent des pénalités lorsque l’attelage manque de précision et les fait tomber.

Les Connemara figurent parmi les races utilisées en compétition, encore assez rarement, alors que les résultats peuvent être au rendez-vous. L’exemple de Navette (Admiral du Blin x Lupin), née dans le Finistère, est une belle performance : vice-championne de France sur le circuit SHF attelage 2e année en 2007, elle enchaîne avec une carrière en CSO pour décrocher un indice de 125 en 2009 et poursuivre encore en attelage à niveau Amateur 1 actuellement.

Navette sur l’épreuve de maniabilité SHF - M. Joncour (29)
Toujours avec de bons résultats sur les compétitions d’attelage Amateur, l’étalon Kenzo de Tréguier (Ever Oak x Gorky de la Dive) a démontré aussi des qualités en CSO comme en modèle et allures en remportant sa classe au Régional de Rostrenen.
Photo Kenzo de Tréguier – Elevage du Syet (22)

On peut aussi trouver des performers de CSO qui ont fait leurs premières compétitions sans barres de couleur mais dans les brancards, comme Jak ar Crano (Ready IV x Moyglare Bruff), sortie en SHF 1ère année, une Bretonne qui a ensuite atteint les sommets : IPO 139 en 2008, pour ne citer qu’une année.

Si on s’intéresse à l’attelage de haut niveau, les membres du team Thiriez (attelage à 4 poneys) qui vient de finir second du CAI de Saumur sont éloquents : imprégnés de sang Connemara pour leur quasi-totalité, deux d’entre eux, purs Connemara, méritent un développement.
- Leamball d’Haryns (Thunder du Blin x Icare), pilier de l’attelage, régulier sur les trois tests, habitué des internationaux,
- Goldfinn Aluinn (Knockadreen Holiday Cliff x Kilgreany Lad) a intégré le team à 16 ans, après une carrière en Grand Prix… de dressage, pour améliorer les notes sur ce test.

Leamball d’Haryns (61)
photos Thiriez
Goldfinn Aluinn (45)

Avant d’accéder à ce degré de compétition, c’est d’abord la question du débourrage à l’attelage qui se pose bien sûr : le mental du Connemara rend souvent la chose facile, avec une bonne capacité à tracter sans s’émouvoir des traits qui touchent les jarrets, de tous les bruits de la voiture… il reste cependant toujours à s’entourer de professionnels et à ne pas se retrouver dans une situation dangereuse, l’attention à la sécurité en attelage étant un impératif.

Débourrage pour Arwen Wish Claddagh (61)

Même si la discipline n’est pas aussi répandue que le saut d’obstacles, elle n’en reste pas moins en fort développement et peut constituer un débouché supplémentaire pour les éleveurs dans la lignée du parfait poney de famille. Elle prouve aussi la capacité du poney à s’adapter à un environnement nouveau, à travailler autrement, à montrer d’aussi belles allures que sous la selle voire meilleures : la traction lui demande souvent moins d’efforts que le fait de porter un cavalier.Un dernier clin d’œil pour répondre aux possibles détracteurs qui considèrent que l’on met à l’attelage « par défaut » : Milton de la Hocq (Casimir IV x Forban de Ravary), à 13 ans possède un IPO 136, est sorti en CSO donc, également en CCE, dressage, endurance, endurance attelée, horse-ball et TREC… et brillamment en attelage. La polyvalence faite Connemara !

Claire Caillarec – juin 2013

Le poney Connemara et l’attelage

Le Connemara est doué sous la selle, et pas seulement : ses qualités lui permettent aussi de briller en attelage, qui n’est pas qu’un loisir. Cette discipline est un concours complet : dressage, marathon (équivaut au cross du CCE) et maniabilité (version attelée du saut d’obstacle). Logiquement, les critères sur les épreuves montées et attelées sont proches : on cherche des poneys avec une bonne locomotion, réactifs, dans le sang, mais aussi francs et endurants.